Pascale Gille

pascale - Copie

Après un diplôme classique et contemporain -Conservatoire Grenoble 1992-, elle se forme au sein de l’European Dance Development Center à Arnhem -NL- en 1998 et auprès des artistes de l’avant-garde américaine des années 60, qu’elle rencontre essentiellement en Belgique. Elle s’engage dans une démarche d’expérimentation des différents procédés d’improvisation, de contact–improvisation et de techniques somatiques.

Entame un travail de performance : Mobile (2006) propose un dispositif scénique dans lequel spectateurs et danseurs partagent le même plateau. Wait Watcher (2004) met en perspective, dans le musée, les plasticités physiques et acoustiques d’un quatuor danse-musique et des œuvres d’arts exposées; Paysages Graphiques (2003) questionne la poétique du poids dans l’immobilité d’un corps vivant.

Intéressée par la recherche autour du médium de la danse et des enjeux de la création plurielle, elle met en place des rencontres entre artistes : Friendly (2000-05) et Score et Improvisation (2000) dont les travaux sont publiés dans la revue Contact Quarterly. Elle cultive depuis 2012 les pratiques de CNV, d’intelligence collective et d’éducations nouvelles afin de multiplier les approches du faire ensemble.

Co-fondatrice du groupe de recherche Brussels Tuning Band (2005-11) , elle collabore en Europe depuis 2004 avec Lisa Nelson sur des observatoires et des temps de performance.

Enseigne actuellement la danse en contexte scolaire et associatif. Elle propose de faire l’expérience des Tuning Scores au sein d’ateliers pédagogiques, tout en étant investie dans une collaboration à long terme avec Caroline Boillet pour le projet STORE, essai documentaire sur les pratiques de Tuning Score.s (2010-15). 

Membre du Laboratoire de la Compagnie Balades depuis septembre 2014.